Journée d’étude Jeunes chercheur·e·s 11-12 novembre 2021

Mener une recherche en sociolinguistique : terrains, corpus et paradigmes interprétatifs

  • 10 juillet 2021 : date limite des propositions
  • 10 septembre 2021 : notification d’acceptation ou de refus des propositions
  • 10 octobre 2021 : date limite du dépôt des développements demandés
  • 22 octobre 2021 : programme final

Modalités de soumission

Nous procéderons par ateliers thématiques. Les futur.e.s intervenant.e.s sont invité.e.s à préciser leur institution de rattachement, l’axe choisi ainsi qu’un court argumentaire précisant les liens entre leur parcours, leur sujet et leur envie de participer à ces journées. Un résumé de 1000 mots environ expliquera les questions que la personne souhaite discuter en atelier. Après acceptation, il sera demandé un développement de 2000 mots qui sera ensuite mis à la disposition de tous les participant.e.s. Les membres du comité scientifique seront désignés comme discutant·e·s principaux en fonction de leur choix. Toutefois, d’autres chercheur·e·s peuvent demander à être discutant·e·s en fonction des axes de recherche indiqués plus haut.

Les propositions de sujets de discussion sont à envoyer au comité scientifique : rfsocioling@gmail.com

Le Conseil du Réseau Francophone de Sociolinguistique et plus particulièrement ses jeunes chercheur·e·s ont le plaisir d’annoncer l’organisation d’une rencontre formative de deux jours, en distanciel, consacrée à des réflexions sur ce que signifie conduire une recherche en sociolinguistique, du point de vue des terrains, corpus et paradigmes interprétatifs.

La sociolinguistique comme interdiscipline problématisant la corrélation entre langage et société soulève des enjeux épistémologiques impliquant le rapport entre empirisme et théorisation, la finalité de la discipline en termes d’intervention, ou encore la réflexivité du/de la chercheur·e. Ainsi, pour traiter ce rapport langage-société, elle situe son cadre épistémique (objets/sujets, terrains, méthodes, outils conceptuels…) entre les sciences du langage d’une part et les sciences sociales connexes d’autre part. Ces problématiques et enjeux jalonnent sans doute le travail de thèse comme toute autre recherche en sociolinguistique, et traduisent avec acuité les hésitations et doutes des jeunes scientifiques.

La recherche en sociolinguistique en tant que discipline orientée vers l’intervention s’inscrit dans une perspective dynamique explorant et problématisant des terrains diversifiés. Elle croise des méthodes d’enquête aussi variées que les observations participantes, les enregistrements spontanés, l’ethnographie, les récits de vie ou biographies langagières, les entretiens semi-directifs individuels, les focus group, ou encore la photo-elicitation-interview. Elle fait reposer la pertinence de ses analyses sur des paradigmes interprétatifs, ayant la langue comme épistémè centrale, mais incluant les apports des sciences sociales connexes.

On peut ainsi se demander en quoi consiste le processus de problématisation d’un terrain ? Comment concevoir des protocoles d’enquêtes appropriés ? A partir de quels critères conclure à la validité et à la pertinence du corpus ? Dans quelles mesures les observables construits empiriquement requièrent-ils des analyses du type quantitatif et/ou qualitatif ? Comment construit-on un cadre théorique pertinent ? Comment articule-t-on les concepts et les catégories qui émergent du terrain ? Quelles sont les apports et limites de la collaboration disciplinaire? Quel est le rôle de la réflexivité et de l’empirisme dans une recherche en sociolinguistique ? Comment une recherche en sociolinguistique peut-elle/doit-elle répondre aux préoccupations/demandes sociales ?

Les contributions de jeunes chercheur·e·s (doctorant·e·s et post-doctorant·e·s) qui travaillent dans toute approche liée aux relations entre langue(s) et société(s) prendront en considération les axes suivants, qui ne prétendent pas à l’exhaustivité quant aux enjeux de la construction d’un projet de recherche :

  • Comment le·la chercheur·e construit-il·elle son objet de recherche (choix du sujet, problématisation et hypothèses) ?
  • Quel(s) est (sont) le(s) rôle(s) de la réflexivité et de l’empirisme dans sa démarche ?
  • Quelles sont les méthodes de constitution du corpus ?
  • Quels niveaux de multimodalité prendre en compte dans le corpus ?
  • Quelle(s) pertinence(s) pour les récits biographiques langagiers ?
  • Quels sont les enjeux de la revue critique, ses méthodes et difficultés ?
  • Comment définir les différents paradigmes interprétatifs en sociolinguistique ?
  • Quels positionnements éthiques adopter ?
  • Quelle part accorder aux aspects qualitatifs et quantitatifs et comment décider de leur pertinence par rapport au sujet ?
  • Comment penser l’utilité de la recherche en sociolinguistique ?
  • Quelle place accorder actuellement à l’écologie linguistique dans l’approche de la pluralité linguistique ?

Modalités de déroulement en distanciel

Ouverture : présentation des journées et modalités de travail par les membres du comité d’organisation.
Déroulement : les ateliers thématiques qui seront constitués en fonction des axes se dérouleront à tour de rôle ou en simultané selon le nombre de participant·e·s.

L’originalité de ces journées réside dans le fait qu’il s’agira d’ateliers de formation autour de préoccupations exprimées par de jeunes chercheur·e·s en sciences du langage. Chaque atelier sera constitué d’un axe qui regroupe des préoccupations communes.

Rappelons qu’après acceptation des propositions, un développement de 2000 mots sera demandé puis mis à la disposition de tou·te·s les participant·e·s. Ce sont ces développements autour d’un sujet commun qui constitueront la matière de l’atelier animé par un·e chercheur·e confirmé·e.

Un duo post-doc/chercheur·e confirmé·e sera chargé de rapporter les points saillants de la discussion à la fin de chaque atelier. Le duo produira une version écrite commune à l’intention du RFS.
Pour accéder aux présentations et aux résumés des ateliers, une inscription sera nécessaire via ce mail : rfsocioling@gmail.com

Clôture : Un discours de clôture sera prononcé par la présidente du RFS à la fin des travaux.

Comité d’organisation

Priscille AHTOY, Université de Tours, France
Babacar FAYE, Université Cheikh Anta Diop, Dakar, Sénégal
Mounir AHMED TAYEB, Université Mouloud Mammeri de Tizi-Ouzou, Algérie

Comité scientifique

Blanchet Philippe, Université Rennes 2, France
Boualili Ahmed, Université Mouloud Mammeri de Tizi-Ouzou, Algérie
Boudreau Annette, Université de Moncton, Canada.
Bruce Clint, Université Sainte-Anne, Canada
Dister Anne, Université Saint-Louis, Belgique
Duchêne Alexandre, Université de Fribourg, Suisse
Feussi Valentin, Université d’Angers, France
Forlot Gilles, Inalco, France
Gasquet-Cyrus Médéric, Université Aix-Marseille, France
Gauvin Karine, Université de Moncton, Canada
Hambye Philippe, Université catholique de Louvain, Belgique
Klinkenberg Jean-Marie, Professeur émérite de l’Université de Liège, Belgique
Kouamé K. Jean-Martial, Université Félix Houphouët-Boigny, Côte d’Ivoire
Lambert Patricia, ENS Lyon, France
Leblanc Isabelle, Université de Moncton, Canada
Leconte Fabienne, Université de Rouen, France
Ledegen Gudrun, Université Rennes 2, France
Leglise Isabelle, CNRS, France
Matthey Marinette, Université Grenoble-Alpes, France
Maurer Bruno, Université de Lausanne, Suisse
McLaughlin Mireille, Université d’Ottawa, Canada
Ndao Papa-Alioune, Université Cheikh Anta Diop de Dakar, Sénégal
Pivot Bénédicte, Université Paul-Valéry, France
Randriamarotsimba Vololona, Université d’Antananarivo, Madagascar
Remysen Wim, Université de Sherbrooke, Canada
Rheault Amélie-Hélène, Université de Sherbrooke, Canada
Trimaille Cyril, Université Grenoble-Alpes, France
Violette Isabelle, Université de Moncton, Canada
White Chantal, Université Sainte-Anne, Canada
Zeiter Anne-Christel, Université de Lausanne, Suisse

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search