À propos

Le Réseau francophone de sociolinguistique a pour but de fédérer les chercheur·e·s qui, de par le monde, se reconnaissent un intérêt pour la sociolinguistique, et qui travaillent – principalement ou en partie ou entre autres langues – en français.

Quelle(s) sociolinguistique(s) ?

Il existe de multiples définitions de notre domaine de recherche, ce qui témoigne, somme toute, de son dynamisme : nous affirmons avec force que le RFS est ouvert à tous les courants et tendances de la sociolinguistique, et qu’il a vocation à créer le dialogue et le débat, éventuellement sous forme de controverses (courtoises). Cependant les Statuts du RFS désignent positivement le contenu du concept de « sociolinguistique », dans les termes a minima suivants : « l’étude du langage et des langues, dans la prise en compte permanente, concrète et de principe de leurs réalités complexes, inséparablement cognitives et anthropologiques, sociales, politiques et historiques. » Et l’on pourrait ajouter un « etc. »

Quels espaces ?

Le RFS a pour but de contribuer au développement de ces recherches et, à cette fin, il « favorise les échanges nationaux et internationaux entre les chercheur·e·s qui se placent dans cette perspective. »

Les statuts indiquent que « le français est la langue de travail première » du RFS, mais que celui-ci « encourage en son sein et dans tout autre cadre les modes de fonctionnement plurilingues ».

Les membres du RFS viennent donc de tous les espaces qui, d’une manière ou d’une autre, pensent la sociolinguistique en et avec le français.

Se constituer en Réseau ?

Après avoir fonctionné plusieurs années en tant que « réseau français » informel, le Réseau francophone de sociolinguistique s’est donné en 2009 une existence plus structurée (adhésions, élection d’un Conseil et d’un Bureau…). Ce fonctionnement représente bien sûr une certaine charge, mais surtout c’est un pari sur l’avenir. Nous pensons et affirmons que notre domaine de recherche est porteur d’avenir : l’avenir des sciences du langage exige la diversité de nos intérêts scientifiques, et l’avenir de nos sociétés exige que les humains se donnent les moyens d’une intelligence toujours plus approfondie des questions de langues et de langage.

Contribuer à mieux connaître et diffuser les recherches en sociolinguistique qui se font dans les espaces francophones, réfléchir ensemble à des problématiques communes, se donner les moyens humains de se rassembler régulièrement et de mieux se connaitre, faire preuve de solidarité entre chercheur·e·s, en particuliers envers les personnes précaires d’où qu’elles viennent et quel que soit leur statut institutionnel: voilà quelques-unes des raisons qui font de l’adhésion au Réseau francophone de sociolinguistique un geste d’engagement porteur d’avenir.